Montpellier: Zone Libre d’Apartheid Israélien (ZLAI) : 80 commerçant.e.s solidaires de la Palestine !

Print Friendly, PDF & Email

La Paillade : Un propriétaire de restauration rapide regarde et commente l’affiche qu’il va apposer dans sa boutique

Au terme du quatrième samedi d’actions, le 24 avril,  la Campagne BDS France Montpellier pouvait se réjouir de comptabiliser 80 commerçant.e.s solidaires de la Palestine. Également réparti.e.s entre les quartiers populaires de La Paillade et le Plan Cabannes, les propriétaires de ces 80 petits commerces ont accepté de participer à la campagne de boycott des dattes de l’État d’apartheid israélien. Sur les 85 visité.e.s, 5 ont refusé de mettre l’affiche et seulement 3 (encore 3 de trop !) présentaient quelques dattes israéliennes parmi les nombreuses dattes d’Algérie, Tunisie et parfois d’Iran.

LE BDS AU COEUR DES QUARTIERS POPULAIRES

(…) Il est très important de créer des coalitions intersectionnelles avec des groupes de Noirs, de Latinos, de femmes et tant de groupes opprimés dans le monde ou ceux qui luttent pour toutes formes de justice. Il nous faut voir BDS pour les Palestiniens comme partie intégrante de cette communauté  mondiale luttant pour la justice et pour une paix véritable basée sur l’égalité des droits, sur la liberté et la dignité de tous. (…) Omar Barghouti, 14 mai 2016.

LA PAILLADE : UNE ACTION DE LONGUE HALEINE ENGAGÉE DEPUIS 2013

Déjà en 2016 nous constations : “La campagne menée par le comité BDS France 34 depuis 2013 à La Paillade porte ses fruits ! Pas trace de dattes de l’apartheid israélien ce samedi matin, 7 mai 2016 aux halles de La Paillade, ni au Centre commercial voisin, St. Paul. Nous y avons même rencontré un commerçant ami, tout heureux et fier de nous montrer les dattes qu’il a réussi à trouver : “product of Palestine” en provenance de la région de Tubas en Cisjordanie occupée.”

 

LA PAILLADE : LA CONSTRUCTION PATIENTE ET RÉSOLUE D’UNE ZONE LIBRE D’APARTHEID ISRAÉLIEN (ZLAI)

Répondant à l’appel du BNC (comité national BDS palestinien) BDS Montpellier s’est engagé dans la construction d’une ZLAI à La Paillade.

Dans l’État d’Espagne au 1 juin  2018, après 5 ans de travail intense auprès des élus et des collectivités territoriales, plusieurs grandes villes ont pris des mesures de solidarité en faveur de la Palestine, dans un compte rendu le BNC indiquait :

Madrid, capitale et plus grande ville de l’Espagne, a voté une motion condamnant « l’usage disproportionné et aveugle de la force par Israël …contre les civils palestiniens » et a appelé à la « fin immédiate » du « siège illégal » suffoquant 2 millions de personnes à Gaza.
Barcelone, la deuxième plus grande ville de l’état espagnol, a appuyé l’appel palestinien à cesser d’armer Israël jusqu’à ce qu’il mette fin à ses flagrantes violations des droits humains palestiniens. Le conseil municipal a voté de manière écrasante en faveur d’un complet embargo militaire et a appelé le gouvernement espagnol à garantir son implémentation.
Valence, capitale régionale, est maintenant la plus grande ville du monde à avoir voté pour devenir une zone franche de l’apartheid israélien et à soutenir explicitement le mouvement BDS pour les droits palestiniens.
Pampelune, une autre capitale régionale, a voté une résolution qui soutient le droit des réfugiés palestiniens à retourner dans leurs foyers. Elle a aussi appelé le gouvernement espagnol et l’Union européenne à imposer des sanctions contre Israël et à couper les liens diplomatiques avec ce pays. Elle a exprimé sa solidarité avec les manifestants palestiniens participant pacifiquement à la Grande Marche du retour à Gaza et a fermement condamné l’armée israélienne pour avoir tué plus d’une centaine de Palestiniens et en avoir blessé des milliers.
Terrassa et Badalona, respectivement les troisième et quatrième plus grandes villes de Catalogne, ont aussi appelé le gouvernement espagnol à cesser d’armer Israël, compte tenu des ses récents massacres de Palestiniens à Gaza et de ses durables violations des droits humains palestiniens. Elles ont exhorté les autres pays, de l’Union européenne ou au-delà, à implémenter contre Israël un embargo d’armes et à annuler le traitement préférentiel de ce pays.

A ce jour on dénombre une trentaine de Zones Franches d’Apartheid dans l’État espagnol.

Malheureusement les élus et les collectivités territoriales de l’ex-Languedoc-Roussillon sont sous contrôle PS et donc solidaires de l’État colonial israélien.

A Montpellier, en l’absence d’élus sur qui s’appuyer et en raison du poids de la « gauche sioniste » qui refuse d’affronter l’apartheid israélien  nous constatons que seul un rapport de force pourra les contraindre à prendre des mesures et voter des motions contre la normalisation. Ce rapport de force nous le construisons, pas à pas, à la base, avec les habitants-tes, les commerçants et les associations du quartier.

SAMEDI 24 AVRIL 2021 :

 

  

   

 

 

 

Vous aimerez aussi...