Soutenir le combat des Palestiniens contre la répression intérieure

Print Friendly, PDF & Email


Le 29 juin 2021

Par le Comité National BDS (BNC) palestinien

Contexte :

Depuis que le militant palestinien contre la corruption et pour les droits de l’homme Nizar Banat a été arrêté et gravement battu la semaine dernière par les forces de sécurité de l’Autorité Palestinienne (AP) et est mort sous leur garde, le public palestinien s’est indigné. Cette arrestation et cette torture ont constitué des violations flagrantes des principes palestiniens sacro-saints ainsi que des conventions internationales des droits de l’homme dont l’AP est partie prenante. De vastes protestations dans les rues et sur les réseaux sociaux, ainsi que des initiatives communautaires, ont pris place dans toute la Cisjordanie et la Bande de Gaza, avec la participation de citoyens palestiniens de ce qui est aujourd’hui Israël. Plusieurs manifestations ont fait face à une lourde répression des forces de sécurité, beaucoup d’entre elles en tenue civile, comme rapporté par les observateurs palestiniens des droits de l’homme.

La majeure partie des Palestiniens considère Banat comme un « martyr de la liberté d’expression » qui a été réduit au silence à cause de sa révélation intransigeante de la corruption systémique des structures de l’AP.

Les demandes de la population et de la société civile pour une enquête indépendante et la pleine responsabilité de ceux qui ont ordonné et exécuté ce crime ont bientôt évolué en demandes de remplacement du gouvernement de l’AP par une direction bienveillante, inclusive et fondée sur le consensus qui puisse préparer des élections démocratiques pour l’AP et l’OLP.

Les forces de sécurité palestiniennes, constituées comme un pilier des Accords d’Oslo, sont largement financées et entraînées par les Etats Unis et l’Europe, à condition de maintenir une « coordination sécuritaire » avec l’occupation israélienne. La très grande majorité de la société palestinienne, telle que représentée dans le Comité National BDS (BNC) palestinien, a condamné sans réserves et à maintes reprises cette « coordination », comme l’a fait l’OLP, depuis son adoption officielle de BDS en 2015.

Certaines organisations de défense des droits de l’homme ont appelé les gouvernements occidentaux à cesser de financer les forces de sécurité de l’AP étant donné leur bilan horrible en matière de droits de l’homme. Mais ces mêmes gouvernements sont profondément complices du régime d’oppression israélien, ce qui fait qu’on ne peut compter sur eux à cet égard.

Ce que vous pouvez faire :

Les militants internationaux des droits de l’homme dans le monde entier qui souhaitent soutenir notre combat interne contre la répression de l’AP et sa suppression des droits démocratiques, dont le droit à la liberté d’expression, sont appelés à faire pression sur les parlements, les partis politiques et l’ONU pour

1. Qu’ils condamnent l’assassinat de Nizar Banat et demandent une enquête indépendante, en accord avec les normes internationales d’indépendance, de pertinence, d’impartialité, d’équité et la participation des proches parents. Ce processus doit assurer la résolution rapide, l’annonce publique, l’examen des résultats et des recommandations, et la totale application des lois en vigueur ;

2. Qu’ils tiennent pour responsables de ce crime tous ceux qui sont impliqués dans sa demande et son exécution ;

3. Qu’ils tiennent l’AP pour responsable de son intensification des violations des droits de l’homme ; et

4. Qu’ils défendent publiquement nos droits politiques, qui que ce soit qui les viole.

La forme la plus stratégique de solidarité avec le peuple palestinien reste l’augmentation de la pression de BDS sur les États, les institutions et les entreprises pour qu’ils mettent fin à leur complicité avec le régime israélien d’occupation militaire, de colonialisme de peuplement et d’apartheid, nous aidant ainsi à le démanteler. Ceci mettrait complètement fin à la nécessité d’une autorité palestinienne « intérimaire ».

Lignes directrices pour soutenir le combat de la société civile palestinienne contre la répression de l’AP :

* Ne parlez pas au nom des Palestiniens. Le BNC, la plus large coalition de la société palestinienne et, par conséquent, voix autorisée de la société palestinienne, appelle ses soutiens internationaux à continuer à mettre l’accent sur la fin de la complicité des États, des institutions et des entreprises avec l’apartheid israélien et son colonialisme de peuplement, cause essentielle de l’oppression, plutôt que de se focaliser avant tout sur les attaques contre l’AP.

* Soutenez les organisations et les défenseurs palestiniens des droits de l’homme pour qu’ils surveillent et rapportent efficacement toutes les violations par l’AP des droits de l’homme des Palestiniens, ainsi que de leurs droits politiques et sociaux et qu’ils fassent rendre compte à ceux qui sont responsables de ces infractions.

* Soutenez et amplifiez les exigences de la population palestinienne pour une représentation démocratique et une véritable autodétermination. Quelle que soit sa forme, cette décision revient collectivement aux Palestiniens où qu’ils soient (y compris en exil) dans le meilleur intérêt de notre lutte de libération en tant que peuple autochtone, dont la moitié est en exil. Ce n’est pas au mouvement de solidarité de décider en notre nom.

* Continuez à BDSiser … l’APARTHEID ISRAÉLIEN. C’est ce qui reste le moyen absolument le plus efficace, éthique et stratégique de soutien au combat des Palestiniens pour la liberté, la justice et l’égalité.

Traduction : J. Ch. pour BDS France

Vous aimerez aussi...