Comme au Royaume Uni c’est la même logique de soutien à l’apartheid israélien qui conduit la Mairie de Montpellier à interdire le stand BDS France Montpellier

Print Friendly, PDF & Email

VISUEL1

Répondant à son refus de visa pour intervenir en marge du congrès du Parti travailliste au Royaume Uni,  Omar Barghouti a déclaré : « Ils craignent que nous mettions en lumière la vérité sur leurs mensonges. Ils redoutent notre quête perpétuelle de liberté, de justice et d’égalité. Ils détestent notre insistance sur rien de moins qu’une existence digne et « la totalité des droits », pour reprendre les mots de notre leader sud-africain, l’Archevêque  Desmond Tutu. Nous continuerons à combattre leur maccarthisme et leur répression et nous persisterons à réclamer nos droits stipulés par l’ONU, dont l’autodétermination et le retour de nos réfugiés qui ont subi le nettoyage ethnique ».

 

Voilà ce que la Campagne BDS France Montpellier (et BDS France dans son ensemble) ne cesse de faire place de la Comédie : dénoncer les crimes de l’état israélien « et réclamer les droits stipulés par l’ONU  dont l’autodétermination et le retour des réfugiés qui ont subi le nettoyage ethnique ». Ce sont ces propos et ces actions de BDS Montpellier, Place de la comédie et ailleurs que la conseillère municipale (majorité P. Saurel), présidente Régionale du CRIF, Mme Perla Danan ne cesse de dénoncer dans les pages complaisantes de la Gazette : «  Il y a des gens qui appellent à la haine tous les samedis sur la place de la Comédie » et plus loin d’ajouter : (…) C’est une orientation qui génère de l’antisémitisme. Ce sont des attiseurs de haine. Et je ne comprends pas qu’ils ne soient pas interdits »(…).

Depuis plus de 15 ans le stand « Palestine » se tient place de la Comédie et celui de BDS depuis 10 ans, (sous Frêche puis Mandroux) sans aucun incident, propos ou action ne troublent l’ordre public. Mais pour le CRIF et la Mairie qui tous les ans commémorent en présence du consul d’Israël – et désormais avec  D. Trump – « Jérusalem capitale une et indivisible de l’État d’Israël », tous les coups sont bons pour intimider menacer, et réprimer les militants BDS.

Aujourd’hui c’est le code de la santé qui est détourné pour tenter d’attaquer BDS « au portefeuille » avec une contravention de 99€ pour « Émission de bruit portant atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme » (ART.R. 1337-7 Code de la santé). C’est ce motif qui vaut aujourd’hui à José-Luis Moraguès citation au tribunal de Police le 16 octobre 2019. Deux autres contraventions pour le même motif sont en cours de procédure. Hier c’était une contravention de 69€ (payée) pour avoir distribué des tracts et pris la parole dans Les Halles de La Paillade  le 10 mars 2018 à l’encontre du même José-Luis Moraguès. Ce qui est autorisé en période électorale est évidemment interdit pour les simples citoyens. « Et si tout le monde faisait comme vous ? » a dit la police municipale. Un vrai cauchemar, en effet,  pour la « caste » au pouvoir. Voilà leur démocratie !

A ceux et celles qui pourraient penser que la Palestine est loin, que ce n’est pas notre problème, qu’ils-elles ne sont pas concernés par ce qui arrive à BDS Montpellier nous disons simplement : Attention ! On a laissé les quartiers populaires seuls face une répression féroce au prétexte fallacieux de la lutte contre le terrorisme. Maintenant ce sont les mêmes méthodes de contrôle des populations et de répression de masse qui sont progressivement appliquées contre tout ce qui bouge. Si les Gilets Jaunes en subissent aujourd’hui de plein fouet les effets meurtriers, mutilants et judiciaires, les militant pour le climat, les lycéens et tous ceux et celles qui contestent les injustices (syndicalistes, soutien aux migrants…) sont à leur tour l’objet des violences policières et judiciaires.

L’heure n’est plus à l’esprit de chapelle ou à la défense de son pré carré.

Soutenons chaque action de solidarité et ripostons ensemble contre l’offensive gouvernementale policière et judiciaire.”

 

visuelAG-procès

Publié par l’AG contre les violences d’État (Montpellier)

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.