ON NE COLLABORE PAS AVEC UN ÉTAT D’APARTHEID, ON LE BOYCOTTE !

Print Friendly, PDF & Email

NETANYAHU DÉGAGE !

Netanyahu sera reçu pour la deuxième fois en moins de 6 mois par E. Macron

Refusons d’accueillir en France le représentant d’un Etat d’apartheid 

RASSEMBLEMENT SAMEDI 9 DÉCEMBRE 2017

MONTPELLIER 14H30 PLACE DE LA COMÉDIE

Comme les précédents présidents E. Macron renforce les liens de la France avec Israël comme si celui-ci était un Etat comme les autres, banalisant et cautionnant ainsi le féroce régime d’apartheid qu’Israël impose au peuple palestinien. Comme ses prédécesseurs, il exprime son soutien à l’Etat sioniste, déclarant lors de sa première rencontre avec le criminel de guerre Netanyahu, en juillet dernier : « Nous ne céderons rien à l’antisionisme car il est la forme réinventée de l’antisémitisme. » Comme ses prédécesseurs encore, il criminalise le courant de solidarité à la Palestine et tout particulièrement le BDS. Enfin, dans la continuité de ses prédécesseurs il affiche son profond mépris pour le peuple palestinien et la lutte qu’il mène pour l’autodétermination.

  1. Netanyahu sera à nouveau l’invité de l’Elysée le 10 décembre et le 11 décembre il est invité au déjeuner des 28 ministres des affaires étrangères qui précèdera le conseil des affaires étrangères de l’UE.

Dans les années 70-80 aurait-on accepté la visite du premier ministre de l’Afrique du Sud du temps de l’apartheid ? Alors comment pourrait-on accepter celle du premier ministre de l’État d’apartheid israélien ? Les études, enquêtes, analyses de l’Etat israélien ne manquent pas qui qualifient d’apartheid le régime imposé aux Palestiniens.

Personne ne pourra dire qu’il ne savait pas !

ON NE COLLABORE PAS AVEC L’APARTHEID,

ON LE BOYCOTTE

Refusons d’accueillir en France le représentant d’un Etat d’apartheid 

RASSEMBLEMENT SAMEDI 9 DÉCEMBRE 2017

MONTPELLIER 14H30 PLACE DE LA COMÉDIE

Les (premiers) signataires :

APLR (Association des Palestiniens Languedoc-Roussillon), Campagne BDS France Montpellier, CCIPPP34 (Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien), CMF (Collectif des Musulmans de France), FUIQP34 (Front Uni des Immigrations et des Quartiers populaires), MAN (Mouvement pour une Alternative Non-violente), NPA 34 (Nouveau Parti antic-capitaliste), PODEMOS – Montpellier, UJFP34 (Union Juive Française pour la Paix)

L’APARTHEID ISRAELIEN : une réalité

2011 : Le tribunal Russel sur la Palestine conclut à un régime d’apartheid

Du 5 au 7 novembre 2011 à Cape Town (Afrique du Sud) a siégé le tribunal Russel. Inauguré par l’archevêque Desmond Tutu et sous la présidence de Stéphane Hessel. Il était composé de plusieurs prix Nobel, de juristes internationaux, de personnalités et de témoins et victimes de l’apartheid d’Afrique du Sud. Il avait pour mission de se prononcer sur la Palestine et la question de l’apartheid.

Au terme de trois jours de travaux et l’audition de nombreux experts et témoins il a conclu sans hésitation qu’ «  Israël soumet le peuple palestinien à un régime institutionnalisé de domination considéré comme apartheid en vertu du droit international ».

2014 : Le tribunal Russel trouve des preuves d’incitation au génocide et de crimes contre l’humanité à Gaza.

Le jury de la session d’Urgence du Tribunal Russel sur la Palestine à propos de l’opération israélienne contre la Bande de Gaza durant l’été 2014 (opération nommée par Israël : « bordure protectrice » ) a déclaré : « Il est reconnu que, dans une situation où des crimes contre l’humanité sont perpétrés en toute impunité, et où des incitations directes et publiques au génocide sont manifestes dans l’ensemble de la société, on puisse très bien concevoir que des individus ou l’État choisissent d’exploiter ces conditions afin de perpétrer le crime de génocide. ». Le tribunal a souligné : « Au vu de l’escalade manifeste dans la violence physique et rhétorique déployée à l’encontre de Gaza pendant l’été 2014, le Tribunal insiste sur l’obligation de tous les Etats parties de la Convention de 1948 sur le Génocide « à engager, selon la charte des Nations Unies, toute action qu’ils jugeraient appropriée pour prévenir et empêcher des actes de génocide. » Ces conclusions ont été présentées au parlement européen.

2017 : Le Rapport de la CESAO*[1] de l’ONU  conclut qu’ « Israël a instauré un régime d’apartheid qui domine le peuple palestinien dans son ensemble ».

Publié le 15 mars 2017 sur le site de l’ONU, le rapport de la CESAO intitulé :« Les pratiques israéliennes à l’égard du peuple palestinien et la question de l’apartheid » de Richard Falk et Virginia Tilley a été immédiatement retiré sur ordre des Etats-Unis. Le rapport conclut que : (…) « Palestiniens d’Israël, Palestiniens des territoires occupés (Cisjordanie et Gaza), Réfugiés et exilés involontaires palestiniens, et Palestiniens de Jérusalem-est sont du fait de la partition, des guerres, des annexions et de l’occupation israélienne prolongée assignés dans des territoires différents et soumis à des régimes juridiques différents ».

Le rapport estime que cette «fragmentation géographique, politique et juridique du peuple palestinien est la méthode centrale par laquelle Israël met l’apartheid en œuvre et stabilise ainsi son régime de domination raciale sur les Palestiniens. La méthode de fragmentation qui a fini par être acceptée comme une norme par la communauté internationale sert aussi à voiler l’existence même de ce régime. »

« Ce rapport part du principe que l’apartheid est un crime contre l’humanité et que tous les États Membres des Nations Unies sont légalement tenus d’agir afin de prévenir et d’éliminer ce crime, et d’en punir les auteurs. »

[1] CESAO : Commission Economique et sociale pour l’Asie Occidentale.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.