Communiqué de presse : déclaration de la famille Erekat sur le meurtre extrajudiciaire de son fils, Ahmad Erekat

Print Friendly, PDF & Email

ahmed

Jadaliyya Reports :

29 juin 2020 -Déclaration de la famille Erekat sur l’assassinat extrajudiciaire de son fils, Ahmad Erekat

Contact : Dalal Irqat

dalal.s.iriqat@gmail.com

“Nous savons, d’expérience douloureuse, que la liberté n’est jamais donnée volontairement par l’oppresseur, elle doit être exigée par l’opprimé”. – Martin Luther King.

Abu Dis, Palestine – La famille Erekat pleure la mort tragique de notre fils Ahmad Erekat, tué de sang froid par l’occupation israélienne le 23 juin 2020. Notre fils Ahmad est le onzième Palestinien à être tué rien que cette année et, il fait partie des centaines de personnes tuées au cours des deux dernières années, en raison de la politique israélienne extrajudiciaire de « tirer-pour-tuer ». En tant qu’individus, familles, organisations internationales et États, nous devons travailler ensemble pour mettre un terme aux meurtres répétés de sang-froid par Israël contre les Palestiniens.

Pour assurer la fin des crimes israéliens contre notre peuple et aider à prévenir un autre meurtre tragique, la famille Erekat tient à préciser ce qui suit :

Comme le montre la seule vidéo diffusée, l’armée israélienne a commis quatre délits distincts contre Ahmad Erekat, qui tombent sous le coup du droit international et du Statut de Rome de la Cour Pénale Internationale :  Premièrement, dans les instants précédant la mort d’Ahmad, l’armée israélienne a usé de la force mortelle et a tiré sur lui alors qu’il sortait de son véhicule et qu’il essayait de lever les mains, indiquant qu’il était désarmé et sans défense. Deuxièmement, après lui avoir tiré dessus, l’armée israélienne a laissé Ahmad se vider de son sang sur le sol pendant plus d’une heure, jusqu’à sa mort. Troisièmement, l’armée israélienne a empêché l’ambulance et le personnel médical du Croissant-Rouge palestinien de s’occuper d’Ahmad et a refusé que lui soient prodigués les soins médicaux nécessaires. Quatrièmement, comme pour un certain nombre d’autres martyrs palestiniens, l’armée israélienne a détenu le corps d’Ahmad et le retient maintenant en une forme cruelle de punition.

Il y a quelques semaines seulement, le 30 mai 2020, les forces israéliennes ont abattu Iyad Al-Hallak, un Palestinien autiste de trente-deux ans originaire de Jérusalem, alors qu’il se rendait à son école spécialisée. Iyad ne portait qu’un jouet dans ses mains et il s’est enfui de peur des soldats qui le poursuivaient et l’ont abattu.  En 2018, les Israéliens ont également tiré sur et tué Razan Al-Najjar, une infirmière qui portait